Sellerie

CA Y EST !

Nous avons ENFIN reçu les mousses qui vont constituer nos banquettes de carré, après des mois d’énervement contre la multitude de coussins inconfortable et totalement pas pratique sur laquelle nous nous asseyions jusque là.

Ça a quand même meilleure allure, non ?

Note technique

Le choix d’une bonne mousse est évidemment primordial quant au confort du carré. Cependant, les prix des selliers-garnisseurs nautiques sont bien souvent exorbitants, et quand on sait ce que l’on veut, on peut trouver le même type de mousse pour 10x moins cher (sans exagérer) !

Nous avions premièrement demandé un devis chez un professionnel : 2100 euros pour 5 coussins et leurs housses. OUCH.

Changements de tactique. À force de farfouiller sur le net, nous sommes finalement arrivés au prix de 110 euros pour le MÊME TYPE DE MOUSSE, sur mesure et tout le toutim. Peut-être que la qualité n’est pas exactement la même, mais tout de même … Quant aux housses, et bien ce sera à l’huile de coude de Marion !

Quelques indispensables :

  • Le type de mousse

Il existe 3 grandes catégories, les mousses Polyether, les mousses Haute Résilience (HR, ou polyuréthane) et les mousses visco-élastiques (c’est à dire à mémoire de forme). Les premières sont globalement à proscrire, elles n’ont aucune durée dans le temps ; on peut à la limite les utiliser pour des dossiers. Les secondes sont utilisées pour tout les matelas de qualité : la marque Bultex n’est par exemple qu’une mousse HR comme les autres ! Enfin, les mousses visco-élastiques sont très chères, et produisent cet effet très particulier de « mémoire de forme ». On aime ou on aime pas…

  • La densité

Même si cela ne veut pas dire grand chose – la densité change du tout au tout selon le type de mousse -, globalement, plus elle est haute, plus le coussin sera ferme. Par exemple, pour une mousse HR, 38 kg correspond à un coussin d’assise plutôt ferme, 40kg très ferme. Même un fournisseur de mousse sur internet vous aiguillera sur la densité à choisir.

  • La garniture (=les housses)

Les selliers-garnisseurs nautiques réalisent la plupart de leurs bénéfices sur la confection des housses. Certes, c’est une étape un peu fastidieuse, mais il est tout à fait possible de les fabriquer soi-même avec une bonne machine à coudre et quelques directives. Attention cependant au type de tissu utilisé : le coton rétrécit au lavage, le lin garde l’humidité, etc. Le polyesther semble la meilleure option, mais il faut trouver un toucher assez naturel (préférer les gros tissages plutôt que les tissus lisses). Et puis si vous ne voulez vraiment pas le faire vous-mêmes, les écoles de couture ou toute personne aimant coudre vous le fera pour une somme modique !

  • L’humidité

Comme tout ce qui se situe dans un bateau, vos coussins vont être victimes de l’humidité. Et je sais par expérience qu’une mousse mouillée ne sèche jamais vraiment et commence très vite à sentir mauvais… Vous avez deux options : soit enfermer les mousses dans une housse « étanche » en simili-cuir ou skaï, mais bonjour le toucher agréable de vos coussins, soit choisir une housse qui respire en essayant de limiter l’humidité au niveau des coussins. A bon entendeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *