Pêche

Une navigation digne de ce nom comporte au moins une petite pêche. Du maquereau au marlin en passant par le thon ou la dorade coryphène, on trouvera toujours quelque chose à manger, pourvu qu’on ait les bons outils.

Jusqu’à aujourd’hui – on touche du bois -, nous avons réussi à pêcher plutôt régulièrement, et d’assez beaux poissons. Voici donc à toutes fins utiles le matériel utilisé, nos techniques et autres astuces :

LE PLUS EFFICACE
Le poulpe en plastique

Eh oui, après 3 ans sur l’eau, on peut affirmer que c’est ce qui a le plus marché pour nous… pour les petits poissons comme les gros ! Il faut mettre un plomb olive dans la tête du poulpe, et on peut comme moi l’améliorer avec des petites bandes de plastique coloré
LE PLUS CHER
Le plongeur (type Rapala)

Ici avec une mitraillette. Entre 8 et 30 euros le Rapala, on a pas envie de les perdre. Le problème, c’est que ça attire du gros calibre type thon ou marlin, qui 1 fois sur 3 cassent la ligne… À vous de voir si le jeu en vaut la chandelle !

 

LE PLUS LENT
La planchette

Avec ce que vous voulez au bout. Si vous allez à moins de 4 nœuds, ce que je ne vous souhaite pas, c’est une bonne solution. La planchette donne des mouvements particuliers au leurre, contrairement au moulinet, surtout à petite vitesse. À surveiller visuellement (elle remonte lorsqu’il y a une touche).
LE PLUS PETIT
La mitraillette

Ici avec une cuiller à maquereaux. Si vous avez envie d’un apéro, mais pas plus ! On peut la mettre au bout du moulinet, sur la planchette ou même sur une canne de lancer au mouillage

 


 

Hameçons – plombs – émerillons

Nous utilisons du matériel classique, acheté en magasin de pêche, chez Decathlon ou même en grande surface. L’important étant de trouver :

  • Des hameçons triples qui rouillent le moins possible (galva ou inox)
  • Des émerillons solides (forte charge de rupture, c’est souvent le point faible de la ligne)
  • Des plombs pour tous vos types de leurre
Poulpes, Rapala, mitraillette, plombs, plusieurs tailles d’hameçons …

 

Pensez à rincer votre matériel à l’eau douce lorsque vous les enlevez, car même l’inox rouille un peu et devient moins appétissant pour les poissons !

 

LAST BUT NOT LEAST, un bon moulinet. Nous avons un Penn SENATOR 113 4/0 (old school, mais comme d’habitude, c’est dans les vieilles casseroles etc.)

Si votre fil est attaché directement au bateau sans aucun moyen de donner du mou, tout poisson plus gros qu’un maquereau cassera instantanément la ligne. J’ai vu certaines personnes reprendre leur ligne avec des élastiques plus ou moins longs : cela doit fonctionner, mais le moulinet a quand même 4 avantages indéniables :

  • Il sonne quand il y a du poisson
  • Il se dévide tout seul jusqu’à ce que vous alliez régler la tension
  • Si ça tire vraiment, hop un peu plus de longueur plus ou moins tendue
  • Pour remonter la bête et ranger votre ligne, rien de plus simple, pas de fil partout

Alors certes, c’est un investissement (de 60 à 300+ euros pour les plus foufous), mais si vous comptez pêcher régulièrement c’est quand même indispensable.

 

Voilà, en espérant que ces infos permettront à certains de goûter les merveilles de la dorade au lait de coco, du thon grillé au sésame ou du maquereau à la plancha !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *